Besoin d'aide ? Contacter un conseillier myGéo™ du lundi au vendredi 9h-12h30 et 13h30-18h

1 - Une étude sol est-elle obligatoire ?

NON. Mais elle est indispensable pour réussir tout projet.

Certaines zones présentent des risques particuliers (séisme, glissements de terrain, argiles gonflantes, présence de vides, etc.) qui rendent celle-ci obligatoire. L’information sur le caractère obligatoire d’une étude est en principe disponible en mairie.

Certains assureurs peuvent aussi l’exiger, conscients que nombre de sinistres sont ainsi évités.

2 - Y’a-t-il des cas ou des situations qui rendent l’étude de sol particulièrement recommandée ?

OUI.

D’un point de vue général, l’étude de sol devrait être réalisée pour tout projet de construction, quels que soient sa nature et son lieu d’implantation. Cette nécessité l’est d’autant  plus pour des projets situés :

  • En zone sismique (disponible sur www.prim.net ou www.risquesmajeurs.fr ou www.planseisme.fr)
  • En zone présentant des risques d’argiles sensibles aux phénomènes de retrait et de gonflement (disponible sur www.argiles.fr)
  • En zone présentant des risques de vides (karsts, carrières…)
  • En zone présentant des remblais
  • En zone à risque de sols compressibles
  • En zone faisant l’objet d’un Plan de Prévention des Risques (PPR) concernant les glissements de terrains, les inondations…(disponible sur www.prim.net)

Toutefois, le zonage des ces différentes problématiques, aussi détaillé soit-il, ne garantit pas leur présence ou leur absence au droit d’un projet. C’est précisément ces incertitudes que doit lever ou confirmer l’étude de sol.

3 - Quels sont les risques majeurs à ne pas réaliser une étude de sol ?

L’étude de sol a pour but d’identifier les risques majeurs liés au sol, et de proposer des solutions pour traiter les contraintes éventuelles.

Voici les problèmes les plus récurrents  constatés lors d’absence ou d’insuffisance d’étude de sol :

  • La non identification d’argiles sensibles aux phénomènes de retrait et de gonflement au droit de la construction (responsables de la majorité des sinistres de maisons individuelles), entraînant des sinistres graves sur l’habitation et les avoisinants. (voir question 14)
  • Le surdimensionnement inutile du système de fondation entrainant des surcoûts en phase travaux
  • Le non respect des côtes hors-gel des fondations, entraînant un mouvement de celles-ci en période de gel, et donc des désordres sur l’habitation
  • Une largeur insuffisante des fondations, entrainant une mauvaise assise de celles-ci (phénomène dit de poinçonnement) ou des tassements et donc des désordres sur l’habitation et les avoisinants
  • La mauvaise qualité des fonds de fouilles entrainant une mauvaise assise des fondations (phénomène dit de poinçonnement) ou des tassements et donc des désordres sur l’habitation et les avoisinants
  • La construction réalisée sur une zone de remblais non identifiée et non connue entraînant soit des tassements et donc des désordres sur l’habitation ou les avoisinants, soit de forts surcoûts en phase travaux pour adapter le système de fondations
  • La construction réalisée sur une zone de sol compressible, très souvent non localisée sur les cartes géologiques entraînant soit des tassements et donc des désordres sur l’habitation ou les avoisinants, soit de forts surcoûts en phase travaux pour adapter le système de fondations

4 - Une étude de sol, combien ça coûte ?

Il n’y a pas de prix prédéterminé. Le montant de l’étude de sol va dépendre de beaucoup de paramètres : la géologie du site, la taille et la complexité du projet de construction, la présence ou non de mitoyen, etc.

Une étude de sol ne doit pas être guidée par le prix. Elle doit avant tout prendre en compte l’ensemble des paramètres qui permettront d’assurer la bonne conception de l’ouvrage.

Elle doit donc respecter certaines règles de l’art et notamment :

Quoi qu’il en soit, le coût global d’une étude de sol myGéo™ représente moins de 1% du budget d’une construction et prendra en compte l’ensemble des problématiques de votre projet.

5 - Toutes les études de sol se valent-elles ?

NON.

Malheureusement, nombre d’études ne traitent pas tous les risques qui peuvent  engendrer des désordres.

Dans le cas d’études de sol non exhaustives, les préconisations auront tendance à s’orienter vers des dispositions constructives

  • soit surdimensionnées et donc coûteuses
  • soit  sous-dimensionnées et donc dangereuses

Attention donc aux offres tarifaires alléchantes mais souvent bien pauvres en recommandations et plus-values techniques.

L’offre myGéo™ est pensée pour vous apporter la garantie d’une étude de sol complète et cela commence par une campagne d’investigations de terrain suffisamment exhaustive.

6 - Pourquoi choisir myGéo™ ?

myGéo™ est une offre émanant du leader français historique de la géotechnique : Fondasol.

Fondasol créé en 1958 est un partenaire majeur des acteurs de la construction, et ses 132 ingénieurs interviennent sur tous les projets d’envergure, qu’ils soient locaux, régionaux et nationaux.

Fort de ses 28 agences en France, Fondasol s’appuie sur une expérience de terrain et sur l’expertise de ses équipes, qu’il met aujourd’hui à la disposition de votre projet à travers myGéo™.

7 - Mon maître d’œuvre ou mon architecte peut-il traiter à ma place pour une étude de sol ?

OUI.

Vous pouvez confier le choix du prestataire qui réalisera l’étude de sol à votre maître d’œuvre ou votre architecte.

8 - Y’a-t-il des conséquences sur mon assurance ?

OUI

En tant que maître d’ouvrage, le propriétaire doit souscrire une assurance Dommage – Ouvrage.

Pour de nombreuses compagnies d’assurance, l’assurance Dommage – Ouvrage ne peut être contractée que si une étude de sol est réalisée (mission d’étude géotechnique G2 AVP).

9 - Avec une étude de sol, suis-je mieux protégé ?

OUI.

Dans la mesure où l’entreprise chargée des travaux respecte les préconisations de l’étude de sol, les fondations de votre maison reposeront dans le sol le mieux adapté à votre projet et aux contraintes géotechniques du site.

Par ailleurs, le bureau d’études géotechniques se doit d’être assuré (responsabilité civile et décennale) comme tout acteur de l’acte de construire et devra ainsi répondre de ses éventuelles erreurs.

10 - En quoi consistent et à quoi servent les sondages ?

Les sondages permettent de connaître la nature et le type du sol sur lequel reposera la construction, mais également les caractéristiques mécaniques de ce sol, c'est-à-dire sa capacité de déformation, et de réaction aux différentes contraintes qui lui seront imposées par le projet ou par les travaux.

Nous réaliserons donc :

  • des reconnaissances géologiques (sondages destructifs, sondages au tractopelle ou sondages carottés)
  • des essais géomécaniques (sondages pressiométriques ou pénétrométriques)

En cas de besoin nous procèderons à des essais en laboratoire pour affiner les résultats, dans le cas de zones à risques sismiques ou en cas de nécessité de caractérisation des argiles (voir question 14).

11 - Quels sont les problématiques auxquelles doit répondre une étude de sol ?...

L’ingénieur géotechnicien est confronté à une série de problématiques. L’étude de sol doit permettre de lever l’ensemble des risques non connus a priori.

Parmi eux :

  • les eaux souterraines (variabilité spatiale et temporelle, débit, impact sur les travaux…)
  • les terrassements nécessaires (phasage, passage des engins et grues, présence de sols rocheux à extraire, rencontre de l’eau…)
  • les soutènements éventuels (quels types, dimensionnement)
  • le système de fondation nécessaire (quel sol ? quelle profondeur ? quel type ? quelle portance ? quels tassements envisagés ?...)
  • les dallages et les voiries (dallage sur terre-plein ? plancher porté ? vide sanitaire ? épaisseur nécessaire de la couche de forme ? préparation du sol ?...)

Ce qu’il faut retenir :

  • Une étude géotechnique n’est pas uniquement une « étude de sol »
  • Le géotechnicien doit bien comprendre le projet, de façon à appréhender l’ensemble des problématiques de celui-ci
  • La modélisation du contexte géotechnique est primordiale et se doit d’être la plus précise et la plus exhaustive possible. Elle permet de recenser l’ensemble des aléas et d’optimiser l’adaptation du projet au contexte

12 - L’étude de sol va-t-elle occasionner des dégâts sur mon terrain

Les investigations sont réalisées avec une foreuse équipée de chenilles en caoutchouc peu traumatisantes pour les terrains qu’elles empruntent. Les foreurs sont habitués à travailler sur des sites très divers et étudient avec soin le cheminement de leur machine sur site.

Le seul risque de dégât éventuel est la présence de quelques ornières suite au passage de la foreuse en cas de conditions météorologiques très pluvieuses.

13 - Quelles sont les missions géotechniques ? Existe-il une norme ?

OUI.

L’Ingénierie Géotechnique est normalisée et les études de sol doivent répondre aux exigences de la norme NF P 94-500 dans sa version de novembre 2013, quel que soit le type d’ouvrage.

Selon cette norme, les missions géotechniques doivent s’enchaîner comme suit (de l’étude la plus générale à l’étude la plus précise) :

  • Mission G1 ES
    Elle permet de définir le modèle géologique du site et les recommandations très générales, dans le cas où le projet de construction n’est pas encore défini.
  • Mission G1 PGC (Principes Généraux de Construction)
    Comme son nom l’indique, elle permet de définir les principes généraux de construction en fonction des reconnaissances et des analyses faites dans le sol.
    Cette mission n’est pas suffisante pour passer en phase de construction.
  • Mission G2 AVP (Avant Projet)
    Elle étudie les principes constructifs et d’adaptation du projet au sol, fournit l’ébauche dimensionnelle des ouvrages géotechniques, et permet une première approche des quantité
  • Mission G2 PRO - En Phase PROjet
    Elle fournit une synthèse du site, les méthodes d'exécution pour les ouvrages géotechniques et les valeurs associées, ainsi que les notes de calcul de dimensionnement optimisé pour tous les ouvrages géotechniques
  • Mission G2 DCE/ACT – En Phase DCE / ACT
    Elle consiste en l'établissement des documents nécessaires à la consultation des entreprises pour l'exécution des ouvrages géotechniques et en l'assistance du client pour la sélection des entreprises et pour l'analyse technique des offres.
  • Mission G3 - Etude et suivi géotechnique d’exécution
    Normalement à la charge de l'entreprise, elle permet de réduire les risques géotechniques résiduels
    En phase Etude,
    elle consiste à étudier dans le détail les ouvrages géotechniques.
    En phase Suivi
    , elle consiste à suivre l'exécution des ouvrages géotechniques, à vérifier les données et à participer à l'établissement du dossier de fin de travaux.
  • Mission G4 - Supervision géotechnique d'exécution
    Normalement à la charge du maître d'ouvrage, elle permet de vérifier la conformité aux objectifs du projet, de l'étude et du suivi géotechnique d'exécution.

Ce sont précisément ces missions G1 ES + G1 PGC + G2 AVP et les investigations associées qui sont proposées dans l’offre myGéo™, et qui vous permettront d'obtenir une remise sur votre contrat d'assurance Dommages - Ouvrage.

14 - Les argiles sensibles aux phénomènes de retrait et de gonflement, c’est quoi ?...

Ces argiles, couramment appelées « argiles gonflantes », ont la désagréable propriété de changer de volume en fonction de l’eau qu’elles contiennent. Ainsi, en période de sécheresse elles se rétractent et en période pluvieuse elles gonflent.

De ce fait, si une construction est fondée dans ces argiles sans précaution, les fondations suivent le mouvement des argiles ce qui provoque des fissures évolutives en fonction des saisons et peut entrainer des dégâts très importants voire irréversibles sur l’habitation et les avoisinants.

Il est donc impératif de détecter la présence de ces argiles avant la construction pour pouvoir adopter un système de fondation adapté garantissant que la maison ne subira pas de dommages ultérieurs. Généralement, il est préconisé de descendre les fondations plus profondément que dans le cas de sols non sensibles, ce qui coûte un peu plus cher au départ mais ce qui coûtera infiniment moins cher que de réparer après sinistre.

15 - Quels sont les documents importants à remettre au géotechnicien

Tous les éléments permettant de comprendre le projet de construction et l’historique du site sont importants.

A minima, nous vous demanderons :

Dès votre demande d’étude :

  • Plan de situation et de bornage du terrain
    Le plan de situation est un document exigé dans un dossier de demande de permis de construire, de déclaration de travaux, de certificat d'urbanisme. Il est établi sur un extrait de carte IGN, un plan d'assemblage cadastral (DGI, Bureau F1), ou un plan de ville. Il doit comporter plusieurs informations permettant la situation du projet concerné :
    • Le nom de la commune et lieu-dit éventuel.
    • L'orientation géographique, le plus souvent on représente la direction du Nord.
    • Un repère localisant le projet.
  • Plan masse de l’existant et plan masse du projet
    Un plan de masse est destiné à montrer une vue d'ensemble du projet, incluant les limites de propriété, les accès, et les structures environnantes si elles ont un intérêt pour le plan. Pour un projet de construction, le plan de masse indique aussi les connexions aux réseaux (eau, électricité, communications...).

Au plus tard, 2 jours avant l’intervention de nos ateliers in situ :

  • Autorisations d’accès, personnes à contacter sur site, clés…
  • Implantation des réseaux enterrés privés éventuellement existants sur le site
  • Plan topographique avec cotes NGF, si possible
    Un plan topographique est un plan représentant le relief déterminé par altimétrie et les aménagements humains de manière précise et détaillée sur un plan horizontal

16 - Tous les projets de construction sont-ils éligibles à l'étude de sol myGéo™ ?

Non.

myGéo™ est avant-tout prévu pour répondre à la grande majorité des demandes d’études de sol pour maison individuelle de construction standard, à savoir :

  • Maison d’une surface au sol de 250 m2 maximum
  • Terrain présentant une pente inférieure ou égale à 20%
  • Terrain accessible aux ateliers de forage sans contrainte particulière : ni grutage, ni talus à franchir, ni fossé à traverser, ni terrassement, ni défrichage à effectuer…

Dès réception de la commande du client, l’ingénieur chargé de l’étude contactera ce dernier pour confirmer ou non l’éligilité de la demande à l’offre myGéo™.

A défaut d’éligibilité de la demande à l’offre myGéo™, il sera proposé au client un devis sur mesure répondant à ses besoins spécifiques.

Cela pourra être le cas, notamment, en cas de proximité d'un ouvrage sensible ou en cas de contexte géologique à risques accrus : glissement de terrain, risque sismique élevé, présences de vides et de cavités, zones de sols fortement compressibles,  etc…